Discussion à Vienne autour de la stratégie « Objectif zéro – Prévenir toutes les nouvelles infections à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables » dans le cadre de la nouvelle session de la Commission des stupéfiants

Bookmark and Share

Reportage

Discussion à Vienne autour de la stratégie « Objectif zéro – Prévenir toutes les nouvelles infections à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables » dans le cadre de la nouvelle session de la Commission des stupéfiants

23 mars 2011

Les participants de la table ronde « Objectif zéro » – Prévenir toutes les nouvelles infections à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables organisée le 21 mars 2011 à l’initiative de l’ONUSIDA par le Représentant permanent du Royaume-Uni auprès des Nations Unies à Vienne, l’Ambassadeur Simon Smith.

Selon les estimations, on compte trois millions de consommateurs de drogues injectables séropositifs dans le monde—et près de 13 millions de consommateurs de drogues exposés au VIH. Malgré l’élargissement de l’accès aux services de prévention du VIH, qui incluent les programmes de réduction des risques, la couverture médiane de ces services était en 2009 de seulement 32 %.

Des spécialistes de haut niveau ont pris part à une table ronde organisée à Vienne le 21 mars dernier sur le thème « Objectif zéro » – Prévenir toutes les nouvelles infections à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Cet événement a eu lieu le premier jour de la 54ème session de la Commission des stupéfiants (CND) qui se déroule dans la capitale autrichienne jusqu’au 25 mars 2011. Il a été organisé à l’initiative de l’ONUSIDA par le Représentant permanent du Royaume-Uni auprès des Nations Unies à Vienne, l’Ambassadeur Simon Smith.

Le Dr Paul De Lay, Directeur exécutif adjoint du Programme a présenté la stratégie 2011-2015 de l’ONUSIDA Objectif zéro . Un des objectifs à moyen terme de cette stratégie est de prévenir d’ici 2015 toutes les nouvelles infections à VIH parmi les personnes qui consomment de la drogue. Le Dr Paul De Lay a décrit l’approche à la fois « efficace et économique » à adopter pour obtenir des résultats.

L’ONUSIDA appelle à permettre à tous les consommateurs de drogues injectables d’accéder à des programmes complets, scientifiquement avérés et respectueux des droits humains. Cela inclue les programmes de traitement de substitution aux opiacés, l’accès aux seringues et aiguilles stériles et un meilleur alignement des cadres légaux et des politiques de santé publique. Pour montrer à quel point cette approche peut s’avérer économique, le Dr De Lay a cité l’exemple de l’Ukraine où, selon les estimations, les programmes de distribution de seringues et d’aiguilles coûtent moins de 100 dollars par infection au VIH évitée. Un autre élément de programme nécessaire consiste à faire progresser le nombre de personnes sous traitement antirétroviral parmi les consommateurs de drogue vivant avec le VIH.

Une étude d’impact réalisée conjointement par le DFID et la Banque mondiale au Vietnam sur les effets des programmes de réduction des risques a été présentée par M. Will Niblett, le représentant du DFID. Elle démontre clairement que les programmes mis en œuvre à une échelle suffisante (par exemple la distribution d’au moins 200 seringues et aiguilles par an à chaque consommateur de drogue) ont un impact majeur sur la réduction de l’incidence du VIH. Cet impact a été constaté non seulement au sein de la population des consommateurs de drogue qui constitue le bénéficiaire direct de ces programmes mais aussi au niveau des taux d’incidence dans toute la population dans la mesure où il y a moins de nouvelles contaminations.

Les participants ont discuté des difficultés à prévenir les nouvelles infections à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Ils ont exploré les solutions possibles, parmi lesquelles la création d’environnements propices, le financement de ripostes communautaires et l’intensification des efforts pour assurer une couverture optimale et des programmes de qualité.

Au terme de cette table ronde, les représentants des gouvernements et de la société civile venus du monde entier ont conclu que les efforts concertés visant à atteindre l’objectif de la Stratégie doivent favoriser des ripostes communautaires plus actives, surmonter les obstacles à l’élargissement des programmes et impliquer la justice et la police en tant que partenaires clés. M. Christian Kroll, Coordinateur mondial de la lutte contre le VIH/sida à l’UNODC, et le Dr Paul De Lay ont clôturé conjointement cette table ronde.

Commission des stupéfiants

Le Conseil économique et social a créé la Commission des stupéfiants (CND) en 1946 en tant qu’organe directeur central pour toutes les problématiques des Nations Unies liées à la drogue. La Commission permet aux Etats membres d’analyser la situation mondiale de la drogue, de donner suite aux décisions de l’Assemblée générale dans ce domaine et de prendre des mesures au niveau mondial dans le cadre de son champ d’action. Elle surveille également la mise en œuvre des trois conventions internationales sur le contrôle des drogues et est habilitée à étudier tous les sujets ayant trait aux objectifs de ces conventions, notamment les listes de substances à mettre sous contrôle international.