Le Conseil de l'ONUSIDA promeut la non-discrimination à l'encontre des personnes touchées par le VIH

Bookmark and Share

Reportage

Le Conseil de l'ONUSIDA promeut la non-discrimination à l'encontre des personnes touchées par le VIH

13 décembre 2012

(De G à D) Le Révérend MacDonald Sembereka du Malawi, premier intervenant, et Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, en plein échange au cours de la partie thématique sur la lutte contre la discrimination du 31e CCP.
Photo : ONUSIDA/V.Martin

Le Conseil de coordination du Programme de l'ONUSIDA (CCP) s'est réuni à Genève cette semaine. Dans son rapport au Conseil, Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, a demandé aux membres de maintenir leur engagement pour les 1000 jours à venir d'ici la date limite de 2015, et de saisir les opportunités post-2015.

« Il est évident que nous faisons ce qu'il faut, et que nous le faisons mieux, plus rapidement et plus intelligemment », déclare M. Sidibé. « Mais entendons-nous bien : l'épidémie n'est pas terminée. Nous avons un agenda à respecter et devons saisir toutes les opportunités, non seulement pour atteindre l'objectif d'une génération sans sida, mais aussi pour réécrire le futur de la santé et du développement à l'échelle mondiale. »

Une riposte plus forte pour les femmes et les filles

ONU Femmes a participé pour la première fois à la réunion du Conseil depuis sa désignation en qualité de Coparrainant de l'ONUSIDA en juin dernier. Pour souligner l'urgence et la nécessité d'assurer l'émancipation des femmes, Michelle Bachelet, Directrice exécutive de l'ONU Femmes, a expliqué : « Les femmes doivent être des citoyens à part entière. Elles doivent pouvoir vivre sans violence, bénéficier des mêmes conditions d'accès et du même contrôle des ressources de production, avoir un meilleur accès à l'éducation, à l'information et à la prévention, et leur travail au sein de l'économie domestique doit être pris en compte, valorisé et soutenu. »

Les membres du Conseil ont aussi reconnu la nécessité de renforcer la riposte pour les femmes et ont demandé que l'ONUSIDA s'efforce de garantir que les femmes et les réseaux de femmes vivant avec le VIH soient intégrés de manière significative dans toutes les phases de la planification, de la mise en œuvre et de la surveillance de la riposte au sida.

Lutte contre la discrimination

Le troisième jour, une discussion thématique spéciale animée par Nisha Pillai, journaliste de la BBC, a été organisée sur la non-discrimination. Les intervenants ont souligné que des personnes déjà marginalisées et vulnérables sont encore trop souvent victimes de la discrimination liée au VIH, qui peut s'avérer réellement dévastatrice et agit comme un obstacle majeur au dépistage, à la prévention et au traitement du VIH. L'objectif de zéro discrimination est essentiel pour faire progresser la riposte au VIH.

La discrimination est vivace et très marquée dans nos sociétés ; elle est à la fois insidieuse et douloureuse. Si nous ne résolvons pas le problème de la discrimination, l'objectif des trois zéros restera une chimère.

Révérend MacDonald Sembereka

M. Sidibé a souligné l'importance de la concrétisation de cet objectif : « Nous ne pouvons pas continuer à lutter contre la discrimination comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Les personnes que nous ne parvenons pas à toucher aujourd'hui sont les plus difficiles à atteindre parce qu'elles n'osent pas se faire connaître, par peur de la discrimination. »

M. Sidibé a accueilli le Révérend MacDonald Sembereka du Malawi, premier intervenant de cette discussion. Militant en faveur des droits de l'homme et des droits civils, le Révérend MacDonald vit avec le VIH et s'est retrouvé directement confronté à la discrimination liée au VIH : « La discrimination est vivace et très marquée dans nos sociétés ; elle est à la fois insidieuse et douloureuse. Si nous ne résolvons pas le problème de la discrimination, l'objectif des trois zéros restera une chimère », a-t-il déclaré.

Son discours très émouvant portait sur ses déboires personnels en rapport avec la discrimination, et sur la manière dont la société devrait soutenir au lieu de frapper d'ostracisme les personnes touchées par le VIH. « Nous sommes tous à blâmer pour la poursuite de la discrimination ; lorsque nous renonçons à lutter contre les pratiques culturelles qui excluent certaines personnes, contre l'ignorance qui oblige les gens à quitter leur village et leur communauté, contre les règles archaïques et ancestrales qui empêchent les hommes qui ont des rapports sexuels avec les hommes d'accéder à des services de soins de santé de base, et contre les croyances religieuses qui gardent les gens sous le coup d'interprétations rigides des textes sacrées, qui ne permettent pas aux femmes d'accéder à l'éducation, encouragent le mariage des enfants et appuient des préjugés profondément enracinés légitimant les violences sexuelles. »

Après le discours du Révérend MacDonald, l'animatrice a invité les participants à prendre part à une discussion ouverte sur la riposte à la stigmatisation et à la discrimination liées au VIH dans différents secteurs, dont les soins de santé, l'emploi, l'éducation, la justice et la communauté.

Le Conseil a décidé que le thème du prochain CCP serait le VIH et les jeunes. L'Inde a été élue comme prochain Président du CCP, avec l'Australie comme Vice-Président et le Congo comme Rapporteur.