La Première dame du Japon s'engage pour mettre fin au sida

Bookmark and Share

Reportage

La Première dame du Japon s'engage pour mettre fin au sida

18 février 2014

La Première dame du Japon, Akie Abe, a fait de la fin du sida un engagement personnel. À l'occasion de sa première visite officielle en solo en tant que Première dame, l'épouse du Premier ministre japonais Shinzō Abe a assisté à la réunion à Londres de la Commission de l'ONUSIDA et du Lancet les 13 et 14 février 2014.

Lors de cette réunion, Mme Abe a prononcé un discours émouvant sur la manière dont elle a compris peu à peu les ravages de l'épidémie de sida à travers ses voyages et son travail au Japon.

Elle s'est dit particulièrement frappée par la discrimination et la stigmatisation auxquelles sont confrontées les personnes vivant avec le VIH : la différence entre prendre une personne dans ses bras et la garder à distance. « Un tout petit mètre, telle est la profondeur du fossé qui continue de tous nous emporter dans le piège d'une discrimination injustifiable envers les personnes vivant avec le VIH », a-t-elle déclaré.

Elle a conclu son intervention par la promesse de travailler jusqu'à la fin de ses jours pour mettre un terme au sida « en faisant entendre la voix des sans-voix ».

La Commission de l'ONUSIDA et du Lancet : Du sida à la santé durable, réunie par Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, et Richard Horton, rédacteur en chef de la revue The Lancet, est coprésidée par Joyce Banda, Présidente du Malawi, Nkosazana Dlamini Zuma, Présidente de la Commission de l'Union africaine, et Peter Piot, Directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Dans le cadre des efforts de la Commission visant à fournir un cadre d'information sur la manière d'aborder le sida et la santé dans le contexte de l'agenda après 2015, des consultations ont été menées dans les différentes régions du globe, réunissant des points de vue divers destinés à éclairer les débats lors de la réunion de la Commission à Londres. Les recommandations finales seront regroupées dans un rapport complet qui sera publié dans la revue médicale The Lancet.